lundi 3 décembre 2012

Gestation et mise-bas du chihuahua

Le chihuahua: la gestation, l'accouchement, la mise-bas, et les soins à prodiguer pour les chiots chihuahuas nouveaux nés.

A.    Avant la mise bas, nos conseils 

Vous vous êtes décidés, votre chihuahua sera maman….
Nous vous conseillons un âge de mise à la reproduction à partir 
de 2 ans et avant 8 ans.
En deçà et au-delà de cet intervalle les risques de mises bas difficiles
sont augmentés.
Ensuite choisissez un mâle de taille voisine de la femelle afin d’éviter 
d’avoir des chiots de trop grande taille.


Tout d’abord il est important de noter la date de saillie, cela nous permet d’estimer au plus juste la date de mise-bas présumée et de s’organiser.
La chienne doit être vermifugée en cours de gestation (pour protéger sa portée).
Les rappels de  vaccination, s’ils doivent avoir lieu  pendant cette période, doivent être anticipés et réalisés
préalablement à la mise à la reproduction (à défaut après).

Un diagnostic de gestation peut être effectué par échographie à partir du 28ème jour post gestation.
Des échographies plus tardives vous donnent des informations sur la date présumée de la mise bas et s’assurer que la croissance fœtale est normale.

Pour connaitre le nombre de chiots par portée l’échographie n’est pas le meilleur outil.
La radio permet de compter le nombre de têtes fœtales avec précision à partir dés le 45ème jour de gestation.
La mère prend beaucoup de poids au dernier tiers de gestation et cela dépend aussi du nombre de chiots dans la portée.

L’alimentation conseillée est une alimentation très riche « pour chiot » à donner à la femelle à partir du dernier tiers de gestation car les besoins caloriques liés à la croissance des fœtus et la production de lait sont très importants pendant cette période.
En début de gestation il est recommandé de ne pas changer son aliment pour éviter un surpoids qui peut être
néfaste lors de l’accouchement.

La durée de gestation est relativement constante : 61 à 63 jours post ovulation. Hors la date d’ovulation est
rarement connue, seule la date de saillie l’est en général.
La durée de survie des spermatozoïdes dans les voies génitales est longue, aussi l’utilisation de la date de saillie pour prévoir la mise-bas est illusoire.

Notre astuce : nous vous conseillons de prendre la température matin et soir, tous les jours, une semaine avant la mise-bas calculée ou présumée.
Notez les valeurs de façon à constater une baisse de 1°c entre deux prises de température. La température rectale fluctue entre 37.5 et 38,5°C  puis elle chute à 36.5-37°C juste avant le terme.Cette baisse de température est observée lors de la chute de la progestérone qui est le témoin que la mise-bas va se dérouler dans les 8 à 24 heures.

La montée de lait dépend de la chienne, si elle est primipare (première portée) ou multipares (déjà eu des portées).Cette montée de lait est variable d’une chienne à l’autre mais en générale cela se produit une semaine avant l’accouchement chez les multipares et quelques jours avant chez les primipares.
Une visite chez votre vétérinaire avant la mise-bas est toujours une bonne idée, il pourra vous conseiller au mieux sur son déroulement, les éléments à surveiller et détecter des dystocies probables : c’est-à-dire des accouchements qui se dérouleront anormalement avec risque de mort des chiots et de la mère. (voir chapitre ci-dessous).

B.    Le déroulement de l’accouchement normal

L’accouchement normal peut être défini comme la mise au monde sans aucune assistance de chiots normaux et vivants et sans que la femelle présente une quelconque pathologie pré, per ou post accouchement.

Le déroulement de l’accouchement se décompose en trois phases:
- 1. les prodromes,
- 2.  La dilatation du col et relâchement du vagin,
- 3. L’expulsion des fœtus et des enveloppes foetales

1 - LES PRODROMES


Pendant les deux ou trois jours qui précèdent l'accouchement on observe les symptômes suivants:
- Anorexie et constipation.
- La chienne manifeste une certaine inquiétude, ne tient pas en place, 

 cherche à se cacher sous les meubles, rassemble des objets divers pour faire son nid .
- L'apparition de la lactation n'apporte qu'une précision relative, en effet, si chez les primipares on l'observe généralement dans les deux derniers jours.
Il n'est pas  rare chez les multipares qu'elle débute 15 jours avant terme.
- Tuméfaction et relâchement vulvaire sont des symptômes plus fidèles que l'on met en évidence entre 3 jours (multipares) et 1 jour (primipares) avant terme.
- L'écoulement de la « glaire» cervicale est plus tardif 24 à 36 heures avant la mise bas.

2 - DILATATION DU COL ET RELÂCHEMENT DU VAGIN

Dans les 24 heures précédant la mise bas, la chienne parait de plus en plus inquiète, regarde fréquemment ses flancs.
L'utérus est le siège de faibles contractions, invisibles extérieurement, apparaissant toutes les 15 minutes et s'accompagnant de halètements et d'une petite émission d'urine.
Ces petites contractions sous dépendance de la relaxine (hormone ovarienne et placentaire) conduisent à la dilatation totale du col.
Puis apparaît la membrane allanto-chorionique qui se rompt rapidement ( perte des eaux») et on observe la protusion du sac amniotique à l'extérieur du vagin.
Le premier chiot se place: extension des membres antérieurs de part et d'autre de la tête (60 %), extension des postérieurs (40 %). Les membres vont agir comme « coins » dans l'expulsion qui va commencer. L'engagement du premier chiot correspond au début de la troisième étape.

Consulter si les contractions d'expulsion ne suivent pas la protusion de la poche amniotique, c'est un risque majeur d'inertie utérine.

A SAVOIR
Durée de l’étape 2: Minimum 4 heures. Moyenne 6 à 1 2 heures.
Chez les primipares peut aller jusqu'a 36 heures.

3 – L’EXPULSION

Après rupture de la poche amniotique (spontanée ou par la chienne elle-même) on observe de vigoureuses
contractions abdominales accompagnées de halètements et de léchage vulvaire.
Ces symptômes témoignent de l'engagement du premier chiot dans la filière pelvienne. A partir de cet 

instant la durée de l'accouchement sera fonction du nombre de chiots et surtout de la vigueur de la femelle: rapide chez les jeunes, lent chez les chiennes âgées ou légèrement obèses.
Le premier chiot doit sortir dans les 6 HEURES qui suivent les premières contractions abdominales. 

Entre deux chiots on peut observer des périodes de repos de durée variable.
SI PLUS DE 2 HEURES SÉPARENT DEUX EXPULSIONS IL EST IMPÉRATIF D'INTERVENIR.
CE DÉLAI DOIT ÊTRE RAMENÉ A 30 MINUTES SI L'ON OBSERVE DES CONTRACTIONS VIOLENTES SANS RÉPIT.
Chez les primipares une relaxation insuffisante de la vulve peut s'opposer au passage du chiot qui bute sur les lèvres vulvaires. LA DOULEUR QUI EN RÉSULTE PEUT ARRÊTER IMMÉDIATEMENT LES CONTRACTIONS: 
l'épisiotomie est alors indispensable.

Dès que l'expulsion est terminée, la chienne:

  • débarrasse le chiot des enveloppes et les mange,
  • coupe le cordon ombilical avec ses dents,
  • lèche vigoureusement la cage thoracique du chiot. Ce massage est indispensable pour provoquer la première inspiration.
Si la chienne n'effectue pas ces gestes (trouble du comportement relativement fréquent) il incombe au propriétaire ou à l'accoucheur quel qu'il soit de le faire si l'on veut sauver les chiots.

Pendant et après l'accouchement un écoulement vulvaire verdâtre est observe. Cette coloration est liée à la présence d'uteroverdine, produit de dégradation de l'hémoglobine qui correspond à l'élimination des hématomes 
formés au moment de la déhiscence placentaire.

A SAVOIR
Toute anomalie par rapport au scénario décrit, tout retard dans les délais énoncés 
implique une intervention vétérinaire car on est en présence d’un accouchement pathologique.



C.    Mise-bas difficile : les dystocies

La dystocie est la difficulté que la chienne rencontre au moment de l'engagement des fœtus. Plusieurs causes peuvent empêcher le bon déroulement de la mise bas.


  •  Les dystocies maternelles (3 cas sur 4)

Dans 75% des cas les causes sont liées à la mère.
1.      Avec par ordre d’importance l’inertie utérine lorsque les contractions de l’utérus sont insuffisantes pour
 permettre l’expulsion de la portée.  Cette inertie est favorisée lorsque le nombre de chiots de la portée est
importante (par distension de l’utérus), ou au contraire être en présence d'un chiot unique (stimulation insuffisante
lors de la mise bas).
2.      Une obésité, une hypocalcémie ou un mauvais état général de la mère peuvent également en être responsable.
LL’hypocalcémie est une cause fréquente car la mise bas s’accompagne toujours d’une montée de lait qui nécessite des besoins très élevés pour l’organisme en calcium.
3.      Ensuite, les anomalies de l’appareil génital peuvent également en être responsables


  •      Les dystocies dues à un problème de taille

Toute disproportion entre le diamètre de la filière pelvienne et la taille des chiots peut être responsable de
dystocie. Cela peut se rencontrer lors de fractures du bassin ou à une taille exagérée du diamètre des chiots
(disproportion entre la taille du mâle et celle de la femelle).
A la radiographie, le diamètre bipariétal fœtal et le diamètre minimum de la filière pelvienne sont comparés sur une vue ventro-dorsale et de profil pour évaluer si le fœtus est trop gros et le bassin trop petit.


  •     Les dystocies d'origine foetale (1 cas sur 4)
Par ordre de fréquence décroissante on rencontre :
      - La  malposition d'un fœtus (le plus souvent une position transverse, ou la tête dirigée ventralement).
- - Un fœtus trop volumineux : Les fœtus de trop grande taille se rencontrent lors de petites portées 
(1ou 2 fœtus) ou lors d’accouplement entre une petite femelle et un mâle de grande taille.
   - Une malformation fœtale (hydrocéphalie etc.).
   -  La mort intra-utérine du ou des fœtus.
La mesure de la fréquence cardiaque est un bon indicateur du stress du fœtus.
Elle est normalement 2 à 3 fois supérieure à celle de la chienne : 220-240 bpm.
Un fréquence cardiaque inférieur à 150-200 bpm peut être liée à une hypoxie (défaut d’apport en oxygène)
et constitue un indicateur précoce d’une éventuelle détresse fœtale. Ce critère est souvent retenu pour envisager une intervention chirurgicale chez la chienne à terme.

D.   Quels sont les signes de complications à l’accouchement ?

Une chienne présente des signes de dystocie si:

·        La gestation dure depuis plus de 70 jours par rapport à la saillie.

·         Des contractions puissantes sont présentes sans expulsion de fœtus au-delà de 45 à 60 minutes.

·        Des contractions faibles et irrégulières sont présentent sans expulsion de fœtus au-delà de deux heures.

·        Le premier petit doit être né dans les six heures qui suivent la rupture de la poche des eaux.

·        Plus de quatre heures séparent l’expulsion de deux fœtus.

·        Plus de 10 minutes s’écoulent après l’apparition du fœtus au niveau de la vulve, sans son expulsion.

·        Aucune contraction ne se présente, 36 heures après la chute de température.

·        La chienne présente une douleur marquée.

·         L’on observe une perte de sang frais en grande quantité pendant plus de 10 minutes.



Si des signes de dystocie sont présents, consultez un vétérinaire d’urgence et nous vous conseillons même 
de le consulter avant la mise-bas.


E.     Soins des petits chichis, dans les premières heures



Normalement la maman sait naturellement faire, et mieux que nous… sauf parfois, surtout s’il s’agit de sa
première mise-bas.
Tout d’abord la mère doit être dans un endroit, calme, propre, douillet et chaud…
Normalement la mère lèche son petit, le nettoie, coupe le cordon ombilicale et le stimule pour téter. Si rien ne se passe il faut l’aider.
Il est important de sécher les petits avec une serviette propre.
Retirer les sérosités présentes dans la bouche, on stimule et facilite ainsi sa respiration. Très rapidement il doit crier et respirer.
Si le cordon ombilicale n’est pas coupé par la mère vous pouvez avec du fil de cuisine faire un nœud à 2-3 cm et couper après (entre le nœud et le placenta) après avoir désinfecté la zone coupée. Le codon séchera de lui-même et tombera par la suite.
Maintenir les petits  au chaud à l’aide de bouillottes est essentiel car leur refroidissement est très rapide.
Approcher ensuite le petit des mamelles en privilégiant les mamelles postérieures qui sont plus développées. Placer le petit sur le téton.
Le premier lait qui sort est le colostrum, lait très important car riche en anticorps. L’ingestion de colostrum par le chiot est essentielle pour lui assurer une protection par la suite contre les principales affections.
Laisser le placenta à la disposition de la mère, car il est normal qu’elle le mange.
Le placenta est riche en calories et est important pour la reconnaissance mère-chiot.

Par la suite il est nécessaire de surveiller la mère et son comportement. Elle doit rester calme et s’occuper de ses petits, se lever pour aller manger et faire ses besoins et revenir au nid. Si la mise bas l’a fatiguée, portez lui son alimentation au nid les premiers jours et prenez sa température.
Il est important de peser les petits tous les jours et vérifier qu’ils prennent du poids quotidiennement.
Si les chiots se mettent à crier il est nécessaire d’examiner la mère, de vérifier qu’ils tètent bien et qu’il y présence de lait dans les mamelles.

F.     Evaluations par votre vétérinaire


Si vous envisagez de faire reproduire votre chienne, nous vous recommandons

1.      Une confirmation de la gestation
Pas avant 28 jours post saillie afin confirmer la gestation.
Pour vous indiquer  des informations, conseils et recommandations pour la gestation en cours.
Vidéo d'échographie de gestation

2.      Préparer la mise-bas
A 45ème jours environ, une radio permettra de vous indiquer le nombre de chiots et une échographie nous
renseignera très précisément sur la date du terme.
Des conseils sur le déroulement de la mise bas et sur les soins des petits vous seront prodigués.



3.      Consultation post accouchement
A une semaine environ après l’accouchement, votre vétérinaire vérifiera que la mère et les petits vont bien, il vous donnera des conseils  sur l’alimentation, le sevrage, la vermifugation et les vaccinations.

Les bébés de Flash




Dr. David PELOIS

Clinique AMIVET
59, rue Chardon-Lagache
75016 PARIS

Tel: 01 42 88 74 17


1 commentaire: